"i art"

États de l'artiste Jacques Deshaies - Dsky

Propos recueillis par Natasha Deshaies



Performances with nude models - Performances avec modèles nues



"Impossible Love" serie - Série "Amour impossible"



"DNA Cave painting" serie - Série "ADN Néo-rupestre"



"Proteome" serie - Série "Protéome"



Covers of science magazines - Couvertures de magazines scientifiques

De l'abstrait gestuel à l'ADN actuel

L'histoire de l'art contemporain dans le secteur d'avant-garde où la volonté de rupture prévaut sur celle de continuité apparaît comme une entreprise "d'autodestruction". La négation de la finalité extrinsèque, héritage kantien revu par les doctrinaires de l'Art pour l'Art, a trouvé son accomplissement dans ses études néo-conceptuelles de modèles nues abstraites gestuelles et dans ses essais sur la forme abstraite et les idées avec sujet : génome. Les abandons volontaires associés à la peinture abstraite gestuelle (absence de référence à un modèle naturel ; rejet des significations intellectuelles ; refus de l'ustensilité) relèvent du processus d'autonomisation de l'art. Jacques Deshaies en est arrivé à considérer le maniement de ses moyens d'expressions comme la valeur finale de son activité artistique. Cette conception aboutit à consacrer le primat de l'imaginaire sur l'image et de la forme sur la fonction. Et quand son autonomisation artistique fut complète, c'est cette conception de l'art qui lui a permis de se réinventer comme artiste de la double hélice de l'ADN et de retourner aux sources primaires de l'art : les cavernes rupestres de Lascault (France).

La vie d'artiste est son medium

Artiste néo-rupestre : Il y a 30000 ans , des artistes peignaient une œuvre qui était un enjeu fondamental pour la survie quotidienne de la tribu humaine : ils peignaient l'image de plus de 100 animaux à chasser pour la survie du clan. Aujourd'hui, seules les images et les lieux ont changés, Jacques Deshaies passe de cervidés à la double-hélice de l'ADN, de mammouth à protéine, de murs de cavernes aux couvertures des plus grands magazines scientifiques internationaux : même artiste - même message. Œuvre "en soi" pour la survie de la tribu humaine.

Artiste moderne :
Tout en plongeant dans les profondeurs fragmentées de la "réalité" du corps, il évite de peindre la figure traditionnelle, même message : oeuvre "en soi" et non "pour soi". Il revendique la peinture comme geste critique. Il est situé comme un stratège de l'art, légitime et réfléchi. Il ne réprime pas, il exprime. Il occupe une place critique plutôt que stylistique des traditions de l'art moderne. Il traverse une frontière que les générations précédentes d'artistes et de critiques considéraient inviolable : la similarité entre la peinture abstraite et représentative (i.e. en ce que les deux sont : peintures). Le medium, la narration, les vérisimilitudes maintenant sont moins importants que de savoir si quelque chose est de l'art "significatif". Il a son propre - carré noir de Malevich - une représentation abstraite des conditions de base de la peinture.

Artiste post-moderne : Le clin d'œil au complice qui comprend la complexité des différents niveaux offerts. Il utilise une stratégie à double tranchant, typique du genre art post-moderne : art du génome versus peinture libération.

Artiste néo-conceptuel : En ce qu'il extrait l'art de son propre matériel et de ses conventions discursives. Depuis des années il conteste le système de distribution de l'art et examine sa nature au travers une quête qui l'a mené aux royaumes du savoir et de la science. Il est équivoque et relativiste sans faute. Il n'a rien eu affaire avec les considérations de la réception immédiate de l'art essayant d'impressionner au lieu de révéler des nouveaux savoirs complexes. Maintenant, en 2003, vous avez une version du conceptualisme où le spectacle précède, ou remplace une proposition conceptuelle. Nous sommes dans une impasse. Jacques Deshaies, en synchronicité avec sa peinture néo-conceptuelle gestuelle - libération modèles féminins nues - couplée avec l'art conceptuel du nouveau savoir - génome - a l'intention de faire un pont sur ce vide.

Artiste du nouveau savoir : Dans son cas, peindre "en soi" notre réalité abstraite qui évolue continuellement : le génome humain. Le défi est d'inventer une toute nouvelle philosophie esthétique/éthique, du nouveau savoir, et de l'appliquer à l'art : c'est ce que Jacques Deshaies fait.

"To art or not to art", la seule question...

Artiste, "go genome" !